Affaire Fillon : « On est tous en train de passer pour des cons ! »

Partager avec vos amis...Tweet about this on TwitterShare on Facebook

L’affaire Fillon avec le « Pénélope Gate » a fait couler beaucoup d’encre. Elle est sur toute les lèvres et nombreuses sont les interventions des politiques à ce sujet. Mais nous voulions connaître l’avis des Français aux mains desquels le candidat veut remettre « son destin ». Pour cela, nous sommes allés dans le centre-ville de Niort afin de recueillir quelques témoignages.

Tout d’abord, nous les avons interrogés à propos de la légitimité de la candidature de François Fillon à la présidence de la République. 6 personnes sur 10 ont répondu «non» à la question, mais une étudiante de 22 ans nous rappelle que « d’un côté, il a été choisi par une quantité de personne […] s’il a été élu, il y a des raisons, il faut respecter les gens qui ont voté pour lui ». Mais la plupart des avis rejoignent celui d’une entrepreneuse dans l’immobilier qui estime que le candidat de la droite et du centre devrait avoir honte.

Ensuite nous leur avons demandé s’ils estimaient responsable l’attitude du candidat vis-à-vis de la justice, étant donné qu’en mars dernier, il réclamait une « justice rapide et ferme ». Aujourd’hui cela le dérange plus qu’autre chose. Les avis sont partagés, certaines personnes n’ont pas de réponse à la question, d’autres répondent par l’affirmative. À l’inverse, deux jeunes femmes pensent que « c’est facile » de dire que c’est une attaque de la justice, une autre condamne le fait qu’ « il se croit au-dessus des lois ». Enfin, un homme d’une soixantaine d’années se demandait pourquoi les journalistes ont attendu les présidentielles pour révéler ces affaires, de même que celles concernant le Front national.

Alors la justice s’acharne-t-elle sur le candidat Fillon ou fait-elle simplement son travail ? À cette question, nos interviewés sont une fois de plus partagés. En effet, la moitié des personnes pense qu’il y a tout de même un acharnement judiciaire et certains jugent également qu’il y a un acharnement médiatique. « Il y a un acharnement, nous confie un homme, il n’y a pas que lui, d’autres ont aussi des problèmes avec la justice ». Un gérant de bar précise que « c’est parce qu’il est candidat à la présidentielle qu’on s’acharne sur lui ». Toutefois, une autre moitié fait confiance à la justice française et à son impartialité et estime que « la justice fait simplement son travail et qu’elle n’a pas fini d’ailleurs… ».

Ces questions en entraînent une autre face aux réactions des journalistes étrangers. En effet, certains ministres dans d’autres pays démissionnent pour moins que cela. Ainsi l’affaire Fillon ne décrédibilise-t-elle pas le système politique français en général ? Un homme nous avoue que « tout le monde est perdu » en parlant de son entourage. La majorité des personnes est malgré tout d’accord avec cela, cette affaire nous décrédibilise « encore un peu plus », même si « ça fait longtemps que c’est comme ça » ; « on est en train de tous passer pour des cons ! » réplique un autre.

Nous concluons sur la question suivante : « Selon vous, cette affaire nuit-elle au débat d’idées de la campagne ?» Quelques-uns pensent que l’affaire est trop présente sur la scène médiatique et que cela commence à nuire réellement à la profondeur du débat de la campagne. Deux jeunes femmes affirment qu’« on ne parle que de ça aux informations ».

L’affaire Fillon est sans doute à son apogée et même si l’horizon s’éclaircit un peu pour le candidat avec le retrait d’Alain Juppé, le potentiel “plan B”, François Fillon devra tout de même affronter les juges, sa mise en examen, et enfin les urnes.

Lisa et Benjamin

The following two tabs change content below.
lb@gmail.com'

Lisa et Benjamin

One Comment

  • corine.salvatierra@gmail.com'
    Salvatierra commenté sur 6 mars 2017 Répondre

    Bravo aux apprentis journalistes qui pourraient donner des leçons à certains… beaucoup de journaleux !!!
    Bravo !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *