« Dans la rue les gens ne te regardent pas vraiment, ils s’en foutent…»

Partager avec vos amis...Tweet about this on TwitterShare on Facebook

K. est une ancienne sans-abri, qui aujourd’hui est sortie de la rue. Elle a accepté de répondre à nos questions, de partager son histoire avec vous. Elle nous a reçu chez elle, dans une petite maison très accueillante, des tentures aux murs, un chien noir, un chat, un salon rempli de boîtes de thé parmi lesquelles elle nous a proposé de choisir celui que nous voulions boire le temps de l’interview. Elle a répondu tant bien que mal à nos questions, gênée de raconter son parcours et par respect pour elle et son histoire, nous ne lui avons pas demandé plus de détails que ceux qu’elle nous a précisés.

Combien de temps as-tu passé dans la rue ? 

J’y suis restée un an et demi. 

Pourquoi as-tu dû vivre à la rue ?

J’habitais chez mes parents en Lorraine, j’ai dû partir à la fac à Poitiers, mais je n’ai pas réussi dans mes études, je devais donc rembourser ma bourse, ce qui a entraîné des dettes, des dettes, des dettes… Et j’ai fini à la rue. 

Avais-tu un emploi du temps précis ?

Je dormais dans le foyer pour SDF Place St Jean, on se réveille tôt le matin, car en journée nous n’avons pas accès aux chambres. Ensuite j’allais promener mon chien, Hannibal 1er.

Faisais-tu la manche ?

Oui, j’allais me poser au petit Leclerc [rue de Fontenay à Niort] pour faire la manche, ou sur le pont du parking du Donjon, l’argent récolté servait à acheter à manger pour mon chien ainsi qu’une bière de temps en temps.

Avais-tu assez d’argent pour te nourrir au quotidien ?

Je n’utilisais pas tellement cet argent pour m’acheter à manger, car, si des gens donnent des sous, il y en a aussi qui nous donnent de la nourriture ou même des croquettes pour nos chiens. Parfois j’aidais des agriculteurs et en échange ils me laissaient prendre des fruits et légumes. 

Comment percevais-tu les regards des passants ?

Les gens ne te regardent pas vraiment, ils s’en foutent, ils ont comme une peur de donner… Mais assez souvent, ils nous parlent, s’intéressent, sont gentils.

Comment cela se passait-il avec les autres sans-abris ?

Je ne préfère pas le dire, c’est personnel, trop personnel pour vous donner une réponse. 

Quel regard portes-tu sur notre société ?

Je ne me sens pas du tout en accord avec la société et c’est tant mieux ! Je pense que la société moderne est tout à fait merdique ! C’est de l’exploitation humaine. La surconsommation me dégoûte. Et j’aimerais que les gens soient un peu plus ouverts au reste du monde et pas seulement pour des questions de commerce… Je suis loin de la société, pour le reste de la société, je suis certainement un déchet, mais moi, ça va, je me sens bien ! 

Comment t’informais-tu sur l’actualité, sur ce qui se passait dans le monde ?

Je me renseignais surtout grâce au bouche-à-oreille ou bien avec les gros titres des journaux, mais en général, je m’en foutais, j’avais autre chose à penser que les délires de nos politiques. 

Daniel et Rémi

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *