Mesdames, sauvez votre image !

Partager avec vos amis...Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Il est de plus en plus difficile pour les entreprises de marque de se faire un nom dans notre société actuelle. C’est pourquoi elles doivent redoubler d’idées pour dépasser leurs concurrents. Certaines entreprises utilisent donc des moyens peu respectueux consistant à se servir des femmes en les réduisant à l’état d’objet.

L’idéal de beauté d’aujourd’hui forge les femmes à devenir parfaites, c’est-à-dire maigres et bien foutues. C’est aussi et surtout parce que les publicités les montrent comme cela que les femmes veulent s’y identifier, les poussant souvent à faire de la chirurgie esthétique. Ce phénomène se retrouve surtout chez les jeunes femmes entre 18 et 25 ans : non seulement cela réduit la femme à la soumission des codes sociaux, mais en plus cela complexe les femmes de la société qui n’arrivent pas à se détacher de cette emprise qu’est la beauté.

Nous pouvons constater ce phénomène notamment dans la campagne publicitaire qui fait polémique en ce moment, celle d’Yves Saint Laurent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une quarantaine de plaintes a été déposée à l’autorité de régulation professionnelle (ARPP) de la publicité, et sur les réseaux sociaux, les internautes se sont indignés et les pubs ont été retirées.

À travers ces publicités, la femme est le jouet d’une mauvaise vente commerciale. Elle est vulgairement érotisée et rabaissée telle une marionnette tirée par les fils de puissantes idées reçues, créées dans le but de diriger les codes sociaux.

On pourrait se demander si ces photos ont vraiment besoin de se rapporter au sexe pour mieux vendre. Si tel est le cas, les firmes ne sont plus les seules à véhiculer ces codes, le public y contribue aussi, aveuglé par la banalité de ces faits. Dans le cas contraire, n’y aurait-il pas un moyen plus élégant, mais surtout plus respectable qui donnerait davantage envie aux acheteurs ?

Malheureusement, cette campagne publicitaire n’est pas la première. En voici d’autres, plus choquantes les unes que les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si cet assujettissement de la femme ne change pas, la société embrigadée par ces publicités ne progressera jamais. Cela se ressent aussi au niveau des différences de salaire entre hommes et femmes, près de 11 % des écarts de salaires entre les deux sexes sont inexpliqués et relèvent d’une discrimination « pure ». En général, les hommes gagnent 23 % de plus que les femmes. La mise sous sujétion des femmes prouve que la société est éminemment machiste et virile. Les hommes détenant tous les pouvoirs expriment leurs fantasmes en dégradant l’image de la femme. La musique se répète en politique, car aucune femme n’a pour l’instant dirigé la France.

Nous vous laissons juger pas vous-même, en finissant sur cette citation « La société, qui rapetisse beaucoup les hommes, réduit les femmes à rien » Sébastien Roch Nicolas.

Eéva et Judith

The following two tabs change content below.
je@gmail.com'

Judith et Eeva

je@gmail.com'

Derniers articles parJudith et Eeva (voir tous)

One Comment

  • nadine.motard@cegetel.net'
    Nadine M. commenté sur 11 mars 2017 Répondre

    Un article intéressant.
    Le combat pour les droits des femmes ne devrait pas être réduit à une journée dans l’année. C’est bien évidemment un combat de tous les jours, encore plus en ces temps ou la parole est “libérée”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *