Olga, de Kiev à la Sorbonne, un arrêt à Niort

Partager avec vos amis...Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Barthélemy et Bérénice sont partis à l’école depuis quatre heures. Olga nous accueille alors dans son studio attenant à la maison des parents qui l’emploient en tant que fille au pair. Olga a 23 ans, elle est ukrainienne et sa « vie c’est la musique ». Après des études d’art à l’université de Kiev, plus précisément en musique, elle est qualifiée pour être professeur de musique et chef d’orchestre.

À 21 ans, Olga n’envisageait pas d’aller à l’étranger, car partir de sa ville natale était compliqué et coûteux. Toutefois, l’envie de perfectionner sa culture musicale et d’avoir une autre vision de la musique en étant dans un environnement culturel différent la pousse à vouloir partir en Europe. Erik Satie est l’élément déclencheur, elle doit faire des recherches sur le compositeur français mais ne trouve rien en russe. Partir d’Ukraine et apprendre d’autres langues lui offrait l’accès à une documentation différente avec un autre point de vue. Son choix s’est rapidement porté sur la France puisqu’elle avait commencé à apprendre les bases de la langue, et surtout qu’elle rêve d’intégrer la Sorbonne, pour étudier la musique.

En attendant elle est fille au pair dans une famille et s’occupe de deux enfants, Barthélemy âgé de 12 ans et Bérénice âgée de 9 ans. Elle travaille ainsi quatre heures par jour et passe le reste de sa journée à étudier une nouvelle forme de psychologie russe via Internet : « j’étudie tout le temps quelque chose ». A Niort, elle s’est inscrite au yoga et au piano, au conservatoire de la ville.

En parallèle, elle suit des cours de français avec un groupe de 15 personnes composé de nationalités différentes. Mais elle admet que cela s’avère peu efficace et travaille donc de son côté ainsi qu’avec son professeur de français de nationalité russe qui lui explique mieux, car il est capable de comparer les différents schémas grammaticaux avec ceux de sa langue maternelle. Le fait d’être entourée d’enfants lui permet également de mieux appréhender la langue, car « les enfants aiment bien parler, ils posent beaucoup de questions » et ils n’hésitent pas à la reprendre en cas d’erreur. En tout cas, Olga, malgré son accent, s’exprime très bien en français.

Avant d’arriver en France, elle avait déjà passé une année en Belgique, également en tant que fille au pair. Elle nous a d’ailleurs confié qu’elle était restée très proche de cette famille. Elle a conservé des photos dans son studio et nous a confié avoir passé Noël avec eux. C’est en quelque sorte sa seconde famille.

Elle évoque ensuite son arrivée à Niort. Après avoir vu Poitiers qu’elle n’aimait pas du tout esthétiquement parlant, elle « aime bien Niort », très jolie ville qui lui fait penser à l’Italie. Quant aux Français elle les trouvent moins ouverts que les Belges.

Olga a toujours soif de connaissances et malgré tous ses voyages son appétit n’est toujours pas rassasié, prochaine destination : la Suisse. Elle confie que le système éducatif ukrainien n’est pas à la hauteur et qu’elle voudrait revenir plus tard le changer. Un projet à moyen terme en attendant Olga va rester un peu à Niort.

Lisa et Benjamin

Illustration : Max

The following two tabs change content below.
lb@gmail.com'

Lisa et Benjamin

One Comment

  • nadine.motard@cegetel.net'
    Nadine M. commenté sur 10 mars 2017 Répondre

    Joli portrait, intéressant et émouvant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *